EN

Fabularium: machine à voyager sans partir loin

9 février 2021 / Thématique : Évènement
Lumière sur Hélène Michel: l'enseignante-chercheure propose, à travers le Fabularium, l'écriture de lettres d'amour au territoire.
L'objectif ? Collecter des lettres pour alimenter la recherche sur la micro-aventure et le tourisme de demain.

Présentez-vous en quelques mots
Je suis enseignant-chercheur et game designer à Grenoble Ecole de Management. J’imagine des mécanismes ludiques pour soutenir l’innovation. Cela peut être des jeux de plateau, des jeux virtuels ou des expériences immersives. Mais à chaque fois l’intention est la même : faire participer des « non-experts » à des processus complexes et ainsi faire émerger des idées alternatives.

Comment est né le Fabularium ?
Le Fabularium est une machine à voyager...sans partir loin. Je m'intéresse à la microaventure et l'art de remettre du merveilleux dans le quotidien. Pour collecter des données sur un tel sujet, il me fallait une méthode de recherche grandeur nature ! Avec le soutien de la Chaire Territoires en Transition, j’ai donc imaginé ce bureau nomade et sa machine à écrire pour aller à la rencontre des personnes et collecter...des lettres d'amour au territoire ! Vous pouvez explorer ces lettres sur : www.fabularium.fr.

En quoi ce projet est-il pionnier ?
Il s’agit d’ouvrir une voie dans les méthodes de recherche en proposant une démarche poétique pour explorer le territoire et ses transitions. Je suis convaincue que la recherche peut être belle, incarnée.

Quel est votre lien avec le territoire ?
J’arpente le territoire. Arpenter cela signifie : en prendre la mesure. Je vis sur le territoire, j’y travaille, je l’étudie et je l’explore. Je fais corps. Je suis une adepte de la microaventure : j’aime partir une nuit à la belle étoile avant de rentrer au bureau au matin, déguster un repas gastronomique sur un paddle ou autre expérience qui joue des codes et décalages et amène du merveilleux.

Votre lieu favori à Grenoble Alpes ?
Les matins d’été, quand j’arrive de la gare pour me rendre au bureau j’aime prendre un café sur la place du World Trade Center avant de rentrer dans GEM. C’est a priori un lieu de passage, vide, sans âme. Mais les vitres des immeubles en font une forme de four solaire lumineux, d’une chaleur qui deviendra vite insoutenable. Mais à cette heure-là, dehors sur un coin de table, quel plaisir d’y faire une salutation caféinée au soleil !

Un mot pour qualifier la démarche ?
Microaventure !

Découvrez ici les lettres lues liées à "Chère Montagne":
- Chère Bastille
- Monsieur Grand Veymont

à lire aussi

A la une

Haut de page