EN

La Lettre de l'immobilier tertiaire grenoblois 2019 vient de paraître

4 mars 2019 / Thématique : Évènement
À l'occasion du MIPIM 2019, Grenoble-Alpes Métropole, la FNAIM entreprise 38 et l'Agence d'Urbanisme de la région grenobloise sortent la Lettre de l'immobilier tertiaire grenoblois 2019.

Avec plus de 62 000 m2 de demandes placées en 2018, le marché de l’immobilier tertiaire grenoblois est le deuxième marché de la région Auvergne-Rhône-Alpes, après celui de la région lyonnaise.
Ce marché répond aux besoins et à la croissance des entreprises du bassin grenoblois et de son écosystème technologique unique qui prospère autour de 6 filières d’excellence : le numérique, l'énergie, le médical, la mécanique, la filière chimie-environnement et la filière sport-santé.


Lettre immobilier tertiaire 2019

Chiffres clés de l'offre tertiaire :

  • 1 630 000 m2 d’immobilier de bureaux (hors CEA et domaine universitaire) ;
  • 440 ha dédiés aux activités tertiaires et technologiques (inscrits dans le PLUI) ;
  • 407 sites accueillant des ensembles tertiaires > 500 m2 ;
  • 408 800 m2 de projets tertiaires, dont 84 000 m2 en chantier (20 %)
  • 60 % du parc immobilier est implanté à Grenoble et limité à la première couronne grenobloise.
  • Un parc tertiaire polarisé : 72% sont implantés dans les pôles économiques (Zones d’activités, sites économiques spécialisés, pôles d’emploi urbains et quartiers d’affaires) et 28 % dans le diffus.

89 % du parc tertiaire s'organise autour de Grenoble centre et de deux polarités secondaires : les secteurs nord-est et sud.

Grenoble Centre élargi est le premier pôle tertiaire de la Métropole avec 756 000 m2, il propose une offre mixte et complète :

  • Grenoble Presqu’île (195 000 m2), grand projet urbain qui concentre centres de recherches, universités et sièges d’entreprises ;
  • Bouchayet-Viallet (51 000 m2), quartier de renouvellement urbain et économique en cours de développement, en lien avec la Presqu’île ;
  • Europole (128 000 m2), quartier d’affaires autour de la gare lancé dans les années 1990. Il comprend aujourd’hui un grand centre d’affaires (World Trade Center), le palais de Justice et Grenoble Ecole Management ;
  • le centre-ville (207 000 m2) et le secteur de Grenoble Alliés - Poterne (150 000 m2) avec de nombreuses administrations ainsi que des activités de services ;

Le Secteur Sud (402 000 m2) s’articule autour de la rocade sud, axe structurant de la Métropole, et d’espaces dédiés aux activités économiques : Technisud, Parc Sud Galaxie, Site Atos-Bull, Site HP, Parc des Ruires. L’Opération d’Intérêt Métropolitain Centralité Sud programme de redéveloppement d’immobilier tertiaire autour du boulevard de l’Europe et du quartier gare d’Echirolles.

Le Secteur Nord-Est (298 000 m2) regroupe deux principales entités : Inovallée, une des premières technopoles françaises, créée en 1971, qui dispose d’un écosystème riche, axé autour des technologies du numérique et un pôle constitué autour
des communes de Saint-Martin-d’Hères et de Gières à proximité du domaine universitaire, proposant une offre mixte bureaux urbains et business parcs (Parc Equation).

Une vision stratégique pour le développement de l’immobilier tertiaire sur la métropole

Pour soutenir le développement des entreprises, favoriser l’innovation et l’emploi, la Métropole grenobloise est attentive au rythme de production du parc tertiaire et technologique et à l’offre proposée et diversifiée sur son territoire.

Six conditions de réussite pour l’implantation d’un projet tertiaire sur le territoire métropolitain :

  • s’implanter au coeur des polarités et à proximité des offres de service ;
  • maîtriser le rythme de production de chaque polarité ;
  • s’adosser aux lignes fortes d’accessibilité et de mobilité ;
  • proposer une architecture et des espaces de travail adaptés ;
  • maîtriser la dépense énergétique ;
  • disposer d’une desserte numérique performante.


L’objectif métropolitain est de soutenir une production d’immobilier de bureaux de plus de 50 000 m2 par an au coeur des 3 polarités métropolitaines.
Le nombre de mètres carrés mis en chantier a progressé de 25 % sur les 10 dernières années pour atteindre une moyenne de 37 000 m2 par an.
70 000 m2 d’opérations sont actuellement en chantier portés notamment par les grands comptes du territoire.

La Métropole grenobloise s’est fixée comme objectif de soutenir une mise en chantier annuelle de 50 000 m2 qui doit prendre part tant dans une offre neuve que dans la rénovation de grands sites tertiaires.

 

à lire aussi

Toutes nos actualités

Haut de page